RÉUNION DU COMITÉ DIRECTEUR NATIONAL DE L'AMF AVEC FRANÇOIS BAROIN

M. SPAGNOU, maire et président de l'AMF 04, a participé aujourd'hui au Comité directeur national de l'AMF autour de François BAROIN, président. Parmi les sujets évoqué la situation du commerce de proximité et les finances des collectivités.

Publié le

En tant que membre du comité directeur de l’Association des Maires de France, Daniel SPAGNOU, maire de Sisteron et président de l’AMF 04, a participé ce matin à une visioconférence autour du président François BAROIN qui a insisté au préalable sur les sujets prioritaires du moment que sont « la santé puis la réalité économique ». C’est sur ce dernier point que plusieurs maires ont fait remonter un manque de concertation et de dialogue avec les services de l’Etat, le dernier exemple étant celui de la rentrée scolaire de ce lundi dont les modalités imposées par le Gouvernement ont finalement changé à la dernière minute vendredi dernier. Les Maires ont aussi souligné le manque de cohérence des décisions du gouvernement et les tensions perçues auprès de la population et des commerçants dans les différents territoires avec la multiplication de prises d’arrêtés municipaux pour la réouverture des petits commerces afin de rétablir un minimum d’équité avec les grandes surfaces et les plateformes de ventes sur internet. Des arrêtés contraires à la légalité et qui ajoutent de la tension à celle déjà existante ont indiqué la plupart des élus. Le dialogue va donc se poursuivre et s’intensifier entre l’AMF et le Gouvernement afin de trouver dans le respect des mesures sanitaires les conditions permettant une réouverture des commerces « non-essentiels ». Des idées ont ainsi été proposées par des élus, telles que le développement, avec le soutien de l’Etat, du « Click and Collect » auprès des commerçants et pourquoi pas sur rendez-vous afin de limiter le volume des déplacements et respecter ainsi l’une des règles essentielles du confinement. Parmi les autres sujets abordés, la situation financière des collectivités, avec la baisse considérable de l’autofinancement, a fait l’objet d’une grande attention, notamment au niveau des aides promises par l’Etat. L’occasion pour Daniel SPAGNOU, de souligner aussi l’absence de prise en considération des zones de ruralité et de montagne, devenues selon lui « des laissés-pour-compte». Enfin, face à la gravité de la situation sanitaire, l’annulation du congrès national des Maires qui devait se tenir du 24 au 26 novembre à Paris, avec un nombre de participants limité, a été actée par le comité directeur.