Santé

UN COMITÉ DE SUIVI INSTALLÉ POUR LE PROJET DE NOUVELLE MAISON MÉDICALE DE SISTERON

Ce mercredi, sous la houlette du maire Daniel Spagnou et de Christine Reynier, adjointe déléguée aux affaires sociales et à la santé, le comité de suivi du projet de maison de santé qui sera intégré dans les locaux du CHICAS (Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud) de Sisteron, s’est réuni afin de coordonner les actions et faire aboutir ce dossier avec la plus grande célérité.

Publié le

C’est ainsi que les représentants de la coordination de la SISA (Société interprofessionnelle de soins ambulatoires) de la maison de santé actuelle, ceux du CHICAS et de l’Agence Régionale de Santé (ARS) ont participé à cette première réunion pour un projet déjà bien lancé, puisque le volet architectural est en cours et que le montage juridique vient d’être validé par les parties concernées. Il a été rappelé que l’objectif premier de cette nouvelle structure est de proposer une offre médicale étendue déjà en raison de locaux trop exigus de la maison de santé actuelle et d’une démographie médicale qui est toujours à ce jour en tension sur la ville.

Ce qui faisait dire aux protagonistes et tout particulièrement à Monsieur Le Bras Directeur du CHICAS, l’importance du projet médical à développer dans une collaboration étroite entre l’hôpital et la Maison Médicale.

Cette réunion a permis à la fois de faire le point sur le projet architectural de 450 m² avec pour objectif de doubler le nombre de médecins généralistes et d’accueillir un médecin spécialiste à l’instar d’un ophtalmologiste ; le montage juridique entre la commune (maître d’ouvrage) et le CHICAS privilégiant un bail emphytéotique.
Madame Hubert, directrice de l’ARS 04, reprenant la position de M De Mester, directeur Régional ARS, venu la semaine dernière rouvrir les urgences de nuit de l’hôpital, a confirmé être très favorable au projet en insistant sur les aides exceptionnelles que l’Etat vient d’annoncer en fléchant dans son plan de relance, un volet cohésion du territoire et santé.

Un tour de table financier que Mme Reynier entend réaliser rapidement avec l’Etat et la Région pour non seulement répondre aux attentes des praticiens actuels de la SISA qui s’interrogent sur les conditions liées aux futurs locaux mais aussi afin d’affiner les contraintes budgétaires d’un tel projet pour la ville.


Les membres du comité de suivi se sont séparés en se donnant rendez-vous très régulièrement pour partager les avancées sur le dossier, tout en rappelant l’objectif ambitieux de commencer les travaux au deuxième semestre 2021.